12

LOGOHazoo-art
FEMME ET DRAGONS

CARACTERISTIQUES

Titre : FEMME ET DRAGONS

Technique : Huile sur toile 

Dimensions :90 cm x 70 cm

Année: 2017

Référence / numéro d'article :  02017 0007

Prix :  PAS A VENDRE!

Description :  Un repiquage de

« ALCHEMY 77 »  de Morgan Théomachia.

Ca ne m’arrive pas souvent de piquer directement une œuvre existante, mais cela valait la peine….C’est bien de monter sur les épaules des géants, comme dit Stephen Hawking!

« On dit que le temps passe ou s'écoule. On parle du cours du temps. L'eau que je vois passer s'est préparée, il y a quelques jours, dans les montagnes, lorsque le glacier a fondu ; elle est devant moi ; à présent, elle va vers la mer où elle se jettera. Si le temps est semblable à une rivière, il coule du passé vers le présent et l'avenir. Le présent est la -conséquence du passé et l'avenir la conséquence du présent. Cette célèbre métaphore est en réalité très confuse. Car, à considérer les choses elles-mêmes, la fonte des neiges et ce qui en résulte ne sont pas des événements successifs, ou plutôt la notion même d'événement n'a pas de place dans le monde objectif. Quand je dis qu'avant-hier le glacier a produit l'eau qui passe à présent, je sous-entends un témoin assujetti à une certaine place dans le monde et je compare ses vues successives : il a assisté là-bas à la fonte des neiges et il a suivi l'eau dans son décours ; ou bien, du bord de la rivière, il voit passer après deux jours d'attente les morceaux de bois qu'il avait jetés à la source. Les « événements » sont découpés par un observateur fini dans la totalité spatio-temporelle du monde objectif. Mais, si je considère ce monde lui-même, il n'y a qu'un seul être indivisible et qui ne change pas. Le changement suppose un certain poste où je me place et d'où je vois défiler des choses ; il n'y a pas d'événements sans quelqu'un à qui ils adviennent et dont la perspective finie fonde leur individualité. Le temps suppose une vue sur le temps. Il n'est donc pas comme un ruisseau [...]. »

Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Gallimard, 1945.

Original de Morgan  Théomachia